Le p’tit mot de l’Aumônier – Octobre 2019

Si je vous dis comme Jésus à ses disciples dans l’Évangile de Saint Matthieu 5 : « Vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde », comment comprendre cet appel ? Comment le vivre toute cette année au sein de notre communauté ?

Avec l’équipe d’animation pastorale nous essayerons avec vous de mettre en œuvre non pas cet impératif de notre Seigneur (note : Jésus ne nous dit pas « Soyez! » mais bien « Vous êtes ») mais cette réalité qui nous constitue :

Vous êtes sel

Vous êtes lumière

Je vous propose dans un premier temps de regarder l’Écriture Sainte de près et, dans un deuxième temps, d’explorer ensemble ce qu’elle nous inspire pour prolonger le projet pastoral 2018-2020 de notre communauté : «  De l’accueil à la rencontre ».

LA PAROLE 

Peut être ce passage rappelle-t-il à certains l’Évangile choisi le jour de leur mariage ? A d’autres, leur participation aux Journées Mondiales de la Jeunesse ? En effet, ces versets avaient été choisis pour éclairer la réflexion des jeunes du monde entier aux JMJ de 2002.

Deux remarques pour mieux se situer : il faut savoir que ce passage de Saint Matthieu 5,13-16 se trouve entre les Béatitudes et le lien entre le Christ et la Loi.
Par ailleurs, ces images du sel et de la lumière sont aussi présentes chez Saint Luc et Saint Marc mais de façon séparées. Or, chez Matthieu, elles sont réunies. Pourquoi ?

Regardons la signification de la présence du sel et de la lumière dans l’Evangile et l’Ancien Testament. Ces deux éléments sont essentiels à la vie humaine.

  • Le Sel

Le sel a différentes fonctions. D’abord, il donne goût et saveur aux aliments. Par ailleurs, son rôle purificateurlui permet de conserver les aliments en les empêchant de pourrir. Le sel était aussi autrefois associé à la longévité,il prolongeait la vie des aliments.
Enfin, en Israël le sel avait un rôle cultuel lié aux offrandes que l’on présentait pour défier le temps. C’est pourquoi dans l’Ancien Testament, pour parler d’une alliance indestructible et à l’épreuve du temps, on parlait d’une « alliance de sel.

Mais alors pourquoi Jésus dit-il que le sel perd de sa saveur, qu’il n’est plus bon qu’à être piétiné ?
Peut-être Jésus a-t-il à l’esprit le sel utilisé dans la Palestine du Ier siècle qui était de mauvaise qualité ? Ce sel venait de la Mer Morte et était mélangé à d’autres cristaux qui n’avaient pas la même stabilité ; il avait donc perdu une grande partie de ses propriétés. On le répandait alors sur le dallage du temple pour empêcher les gens de glisser.
Quand il est jeté au sol, il ne peut que rendre la terre stérile ; c’est pourquoi les israélites mettaient du sel dans les villes prises à l’ennemi afin d’empêcher leur reconstruction.

Le sel donne de la saveur au plat et prolonge leur vie.
De même, les chrétiens ont dans leur environnement un effet attrayant et vivifiant. Jésus parle à la 2e personne du pluriel, il dit : « Vous êtes le sel de la terre ». Ce n’est pas le chrétien tout seul dans son coin qui a cette parole attrayante et vivifiante ; c’est la communauté chrétienne dans son ensemble !

Par le baptême, tout notre être a été profondément marqué, transformé par la vie nouvelle qui vient du Christ. La grâce ne peut se dénaturer dans un monde sécularisé (Rm 12,1).

Saint Paul écrivant aux chrétiens de Rome les exhorte à manifester clairement leur manière de vivre et de penser à leurs contemporains (Rm12.2). Il invite à ne pas se contenter de ce qui est inférieur aux plus grands idéaux qui nous animent et à maintenir de grands désirs pour éviter la médiocrité et le conformisme.

  • La lumière

Le symbole de la lumière évoque le désir de la vérité. Quand la lumière diminue ou disparaît, on ne parvient plus à distinguer la réalité autour de nous.
Ici, la lumière représente la foi : le don gratuit de Dieu vient illuminer le cœur et éclairer l’intelligence. La lumière brillera au milieu des ténèbres. « Moi je suis la lumière du monde, celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de vie » (Jn 8,12).

Pour la lumière aussi, Jésus parle à la 2e personne du pluriel. Il dit : « Vous êtes la lumière du monde ».
Par ailleurs, Jésus emploie l’indicatif et non l’impératif : il dit « Vous êtes la lumière du monde » et non pas « Soyez la lumière du monde ». Ce qui nous est demandé, c’est simplement de ne pas ranger cette lumière dans un coin, sous le boisseau (Mt 5,15)

La rencontre personnelle avec le Christ éclaire d’une lumière nouvelle notre vie. Elle nous met sur le droit chemin et nous engage à être ses témoins. Seule l’adhésion personnelle à Jésus engage toute l’existence. L’Evangile nous guide et oriente nos choix de vie. Vous deviendrez ainsi des missionnaires par vos gestes et vos paroles de vie et là où vous travaillez, où vous vivez, vous serez des signes de l’amour de Dieu.  

Or, tous ne voient pas cette lumière. De fait, nous avons la mission exigeante d’en être le reflet. Pour cela, notre mission est d’approfondir la parole de Dieu, de fréquenter le Seigneur en cœur à cœur dans l’Adoration, de vivre du Sacrement de réconciliation, de rendre service auprès des plus petits.

Tout cela donne une réalité à la présence lumineuse reçue le jour de notre baptême.

ET NOTRE COMMUNAUTE ? 

Comme le sel peut devenir inefficace, il en est de même si la lampe est mise sous le boisseau. La communauté chrétienne est une lumière : par cette affirmation forte, nous signifions que la communauté est porteuse de la Parole de Dieu.

Dans un premier temps, ces deux images du sel et de la lumière sont déconcertantes, parce que nous sommes face à une idée contradictoire d’enfouissement et de rayonnement.
Mais allons plus loin. Les évangélistes ont voulu avec ces deux images illustrer une vérité : le sel et la lumière sont deux éléments qui magnifient tout ce qu’ils touchent. Ainsi, le sel donne le goût aux aliments et la lumière la couleur aux choses ; le sel permet de goûter la saveur des choses et la lumière la beauté des choses.

Il peut arriver à l’Église de donner une image triste mais ce n’est pas dans l’ordre des choses ! C’est toujours parce qu’elle a oublié ou mis de côté le message libérateur de l’Évangile. Quand l’Église est fidèle à sa mission, elle sauve le monde de sa tristesse.

Concrètement qu’est-ce que cela veut dire ?

Cela veut dire que nous avons à être pleinement nous-mêmes et que nos lieux de culte doivent être visibles. L’Église a besoin d’être visible pour rencontrer ceux qui sont en recherche spirituelle.

Cela signifie aussi que c’est par toute notre vie et notre humilité dans la conversion que nous pourrons rayonner du Christ.

Alors ce défi est que chacun, enfant, jeune adulte, parent, nous puissions directement parler et partager quelque chose de notre bonheur.

Mettez votre … grain de sel !

Et placez vos vies sous les rayons de Lumière !

Père Patrick

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑